Un événement archéologique...

 

 

Parution du tome 1 d’une nouvelle revue, la “Raif” ou

 

Revue archéologique d’Île-de-France

 

Numéro 1, 2008, 424 p.

 

 

 

 

 

PRÉSENTATION

 

Le choix de créer une revue archéologique propre à l’Île-de-France se justifie par le volume des activités archéologiques conduites dans cette région, qui tourne autour de 30 à 40 fouilles par an. Jusqu’à présent, les résultats des travaux étaient inégalement publiés dans des revues archéologiques voisines (celles de Picardie, du Centre, par exemple), ou dans des publications locales dont la principale a été, jusqu’à l’arrêt de sa parution, le Bulletin du Groupement archéologique de Seine-et-Marne (BGASM). Le but de la création de cette revue est ainsi de mieux diffuser les travaux réalisés dans la région francilienne, diffusion qui souffre de retard.

 

Le sommaire du numéro 1 a été conçu de façon à couvrir au mieux ce que sera le champ d’investigation de la revue. Ainsi les articles s’échelonnent du Paléolithique à l’époque contemporaine, couvrent tous les départements de la région, concernent des chercheurs issus de toutes les institutions et s’intéressent à toutes les formes de recherche.

Cependant, comme le souligne Daniel Mordant dans son introduction, à terme, les éditeurs entendent « dégager une véritable ligne éditoriale ».

 

 

LES ÉDITEURS

 

La revue est soutenue par la Direction Régionale des Affaires Culturelles d’Île-de-France et par l’Institut National de Recherches Archéologiques Préventives (INRAP).

 

Le comité de rédaction de la revue a été composé de la façon suivante :

Directeur de la publication : Daniel Mordant

Comité de rédaction :

Alain Bulard, DRAC Ile-de-France / SRA

David Coxall, Conseil Général du Val-de-Marne

Yves Lanchon, INRAP Centre Ile-de-France

Annie Lefèvre, INRAP Centre Ile-de-France

Yann Le Jeune, DRAC Pays de la Loire / SRA

Monique Olive, CNRS / UMR ArScan 7041

Rebecca Peake, INRAP Centre Ile-de-France

Pierre-Jean Trombetta, DRAC Ile-de-France / SRA

Didier Vermeersch, Université Cergy-Pontoise

 

 

LA TABLE DES MATIÈRES DU VOLUME 1

 

Préface de Bruno Foucray, Conservateur régional de l’Archéologie

Introduction, Daniel Mordant, Directeur de publication

 

CHABROL A., CHRISTENSEN M., OLIVE M., ROBLIN-JOUVE A., RODRIGUEZ P., SAMZUN A., Rive droite, rive gauche : les occupations magdaléniennes d’Étiolles (Essonne).

VALENTIN F., BUQUET-MARCON C. CONFALONIERI J., COTTIAUX R., DELATTRE V., LANG L., LE GOFF I., LAWRENCE-DUBOVAC P. et VERJUX C., Découvertes récentes d’inhumations et d’une incinération datées du Mésolithique en Île-de-France.

— LANCHON Y., BOSTYN F., HACHEM L., MAIGROT Y., MARTIAL E. avec la collaboration de BOITARD-BIDAULT E., Le Néolithique ancien dans la basse vallée de la Marne : l’habitat de Changis-sur-Marne « Les Pétreaux » (Seine-et-Marne).

BRUNET P., DURBET G., HADJOUIS D., Un site du Bronze ancien : « Le Grand Godet » à Villeneuve-le-Roi (Val-de-Marne).

COTTIAUX R., LAWRENCE-DUBOVAC P., Un ensemble funéraire de l’âge du Bronze moyen à Mareuil-lès-Meaux « Les Vignolles » (Seine-et-Marne).

BULARD A., Un dépôt de neuf cuirasses découvert à Paris au XVIIe siècle.

VIAND A., AUXIETTE G., BARDEL D., L’habitat hallstattien de Milly-La-Forêt « Le Bois Rond » (Essonne).

SÉGUIER J.-M., GINOUX N., MÉNIEL P., L’habitat de La Tène ancienne du Château à Roissy-en-France (Val-d’Oise).

COUTURIER D., Nouvelle approche du réseau viaire de la ville de Meaux antique (Seine-et-Marne).

BARAT Y., VENET V., Épaphrodite et sa « gazelle » : un souvenir du circus maximus aux confins de l’Île-de-France.

BARAT Y., SAMZUN A., Découverte d’un établissement germanique du Bas-Empire (IVe s.) aux Essarts-le-Roi (Yvelines).

GONCALVÈS-BUISSART C., LAWRENCE-DUBOVAC, P. LE FORESTIER C., Présentation de deux nécropoles à inhumations du Bas-Empire fouillées récemment à Tremblay-en-France (Seine-Saint-Denis) et Saint-Nom-la-Bretèche (Yvelines).

MÉTROT P., BUQUET-MARCON C., Sépultures de la fin de l’époque mérovingienne à Dugny (Seine-Saint-Denis).

GENTILI F., L’habitat du haut Moyen Âge de « La Chapelle, La Croix Verte » au Mesnil-Aubry (Val-d’Oise).

YVINEC J.-H., Étude archéozoologique du site rural haut Moyen Âge du Mesnil-Aubry « La Croix Verte/La Chapelle » (Val-d’Oise).

RUAS M.-P., PRADAT B., Les productions agro-pastorales du haut Moyen Âge au Mesnil-Aubry (Val-d’Oise) : étude carpologique de « La Croix Verte, La Chapelle ».

LAFARGE I., CAILLOT I., Premiers résultats des surveillances archéologiques de la restauration de l’église Saint-Sulpice d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis)

RAVOIRE F. Étude d’un ensemble de céramiques du XVIe siècle provenant d’un dépotoir domestique à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne).

CELLY P., Le premier bastion de l’enceinte de Charles IX dite des « Fossés Jaunes », musée de l’Orangerie, Paris 1er.

PIOZZOLI C., Un sondage archéologique dans la propriété de Rodin à Meudon (Hauts-de-Seine) : 1951 ou la disgrâce des plâtres.

 

Mémoires de diplômes universitaires soutenus en 2006/2007 portant sur l’Île-de-France

 

 

LE SITE DE LA REVUE

 

La revue dispose d’un site sur internet : http://www.raif.fr/

 

COMMENTAIRES

 

La naissance d’une revue n’est pas une petite affaire. D’abord pour les concepteurs, qui doivent porter le projet et assurer un travail considérable. Ensuite pour la communauté archéologique qui dispose ainsi un nouveau support, ce qui permet une diversification de l’offre de publication. Comme les revues archéologiques occupent déjà une place importante en France, avec des titres fameux comme la Revue archéologique de Narbonnaise, la parution de cette nouvelle revue démontre que la matière dont il faut rendre compte ne cesse de s’accroître, ce qui s’explique dans la région francilienne où les travaux d’aménagement et de construction provoquent une grande quantité de chantiers d’archéologie préventive. À en juger par le contenu de ce premier numéro, qui atteint le total respectable de 424 pages, la matière ne manque pas.

La composition du sommaire de ce premier numéro a répondu à des impératifs qui ont été rappelés ci-dessus dans la présentation. De là l’impression un peu inévitable de dispersion, rattrapée il est vrai par la qualité de beaucoup d’articles.

Puisque la ligne éditoriale n’est pas définitivement arrêtée et que les éditeurs y réfléchissent encore, on peut leur suggérer d’étudier la possibilité de dossiers thématiques couvrant une partie d’une livraison ; de continuer à passer commandes d’articles, sur des sujets où un travail d’élaboration est à faire ; de publier de temps en temps une chronique qui couvrirait un thème francilien sur une période rétrospective donnée. Par exemple, on lirait volontiers une chronique qui ferait le point sur l’étude des installations agricoles de l’Âge du Fer dans cette région, depuis la publication du colloque de Paris tenu sur ce thème en 1993 (actes publiés par Olivier Buchsenschutz et Patrice Méniel en 1994 aux Presses de l’École Normale supérieure) ; ou encore une chronique sur les travaux en archéogéographie, géomatique, photo-interprétation, application des Systèmes d’Information Géographique que le Service départemental d’archéologie du Val d’Oise pourrait animer du fait de ses compétences en la matière ; ou encore une chronique sur les travaux d’archéologie environnementale ; etc.

 

La présentation de la revue est excellente. La couverture est sobre et élégante, l’édition est soignée, l’illustration, le plus souvent en couleurs, de très bonne qualité.

 

Souhaitons à cette nouvelle revue tout le succès qu’elle mérite.

 

GC

 

Accès privé